Sur l’héritabilité du QI avec l’âge (McGue, Bouchard, Iacono, & Lykken)

Behavioral Genetics of Cognitive Ability : A Life-Span Perspective, McGue et al., in “Nature, Nurture, and Psychology”, Plomin & McClearn, chapter 3, page 59-76.

Depuis l’époque de Francis Galton, la controverse nature-culture a été pratiquement synonyme de débat de savoir si les facteurs génétiques influencent le QI. Mais il semble désormais que le problème a été résolu pour la grande majorité des psychologues. Snyderman et Rothman (1990) ont récemment interrogé les croyances des psychologues sur l’intelligence et ont signalé que plus de 90% d’entre eux ont convenu que le QI était en partie héréditaire. Ce consensus moderne, une nette inversion de l’opinion depuis les années 1950 et 1960, est une conséquence directe de l’ensemble considérable des recherches compilées par les généticiens du comportement au cours des 50 dernières années – un corpus qui implique clairement des facteurs génétiques dans le développement du QI.

Continue reading

Advertisements

Eloge de l’homogénéité

Ce post est une traduction (en ignorant les passages inutiles) de l’article original rédigé par Jared Taylor, sur American Renaissance magazine (Août 2007).

In Praise of Homogeneity – The Japanese know how to run a country – [pdf]

Je viens de rentrer de quelques semaines du Japon, et je suis à nouveau frappé par l’exemple efficace des avantages de l’homogénéité qu’un pays peut offrir. Comme les années passent, le rapport constant du succès japonais est en contraste grandissant face à l’échec de l’Amérique, et à son incapacité à penser sérieusement au genre de pays qu’elle est en train de devenir. Le Japon n’est pas exempt de problèmes, bien sûr, et certains seraient déconcertants selon nos normes. Mais les japonais ont une bien meilleure chance que nous de survivre au siècle prochain comme une nation prospère et cohérente avec une culture et une civilisation qu’on peut indéniablement considérer comme étant la leur.

Le Japon est l’un des pays les plus homogènes de la planète. L’ethnie japonaise représente 98,5% de la population, suivie par les coréens et les chinois à 0,5% et 0,4%. Les plus grandes populations non-japonaises proviennent, par conséquent, des races étroitement liées et sont visuellement indiscernables de la majorité. Partout où vous allez au Japon, vous êtes susceptible de voir des japonais et uniquement des japonais.

Continue reading

Gottfredson sur le facteur g

Il a été discuté de nombreuses fois sur ce blog que le QI est le meilleur régulateur du statut social, et que l’intelligence ne pouvait pas être modifiée par les mesures éducatives, aussi subventionnées soit-elles. Ce post s’attèle à expliquer plus en détail ce que représente le facteur g, l’essence même de l’intelligence.

The General Intelligence Factor

Bien que les tests mentaux soient souvent conçus pour mesurer les domaines spécifiques de la cognition – fluidité verbale, ou compétence mathématique, visualisation spatiale ou mémoire – les gens qui réussissent bien sur un type de test ont tendance à bien faire sur les autres, et vice versa.
Ce chevauchement, ou intercorrélation, suggère que tous ces tests mesurent un élément global de la capacité intellectuelle ainsi que les compétences cognitives spécifiques. Dans les dernières décennies, les psychologues ont consacré beaucoup d’efforts pour isoler ce facteur général (dont l’abréviation est g) des autres aspects de la capacité cognitive mesurée par les tests mentaux.

Aucun facteur général n’a été trouvé dans l’analyse des tests de personnalité, par exemple; au lieu de ça, la méthode produit généralement au moins cinq dimensions (névrosisme, extraversion, conscience, agréabilité et ouverture aux idées), chacune étant reliée à différents sous-ensembles de tests.

Continue reading