Race & QI : régression vers la moyenne

Une des erreurs fondamentales de la théorie environnementale est d’assumer que les frères et soeurs des noirs appariés à fort QI, ou appariés à faible QI, auront des QIs similaires aux blancs de même statut socio-économique. Les études sur la régression vers la moyenne indiquent au contraire que les noirs et les blancs régressent à mi-chemin vers leur moyenne raciale, soit 85 pour les noirs et 100 pour les blancs.

Rushton et Jensen (2005, p. 263) l’expriment de la façon suivante :

Regression toward the mean is seen, on average, when individuals with high IQ scores mate and their children show lower scores than their parents. This is because the parents pass on some, but not all, of their genes to their offspring. The converse happens for low IQ parents; they have children with somewhat higher IQs. Although parents pass on a random half of their genes to their offspring, they cannot pass on the particular combinations of genes that cause their own exceptionality. This is analogous to rolling a pair of dice and having them come up two 6′s or two 1′s. The odds are that on the next roll, you will get some value that is not quite as high (or as low). Physical and psychological traits involving dominant and recessive genes show some regression effect. Genetic theory predicts the magnitude of the regression effect to be smaller the closer the degree of kinship between the individuals being compared (e.g., identical twin > full-sibling or parent–child > half-sibling). Culture-only theory makes no systematic or quantitative predictions.

For any trait, scores should move toward the average for that population. So in the United States, genetic theory predicts that the children of Black parents of IQ 115 will regress toward the Black IQ average of 85, whereas children of White parents of IQ 115 will regress toward the White IQ average of 100. Similarly, children of Black parents of IQ 70 should move up toward the Black IQ average of 85, whereas children of White parents of IQ 70 should move up toward the White IQ average of 100. This hypothesis has been tested and the predictions confirmed. Regression would explain why Black children born to high IQ, wealthy Black parents have test scores 2 to 4 points lower than do White children born to low IQ, poor White parents (Jensen, 1998b, p. 358). High IQ Black parents do not pass on the full measure of their genetic advantage to their children, even though they gave them a good upbringing and good schools, often better than their own. (The same, of course, applies to high IQ White parents.)

Jensen (1973, pp. 107–119) tested the regression predictions with data from siblings (900 White sibling pairs and 500 Black sibling pairs). These provide an even better test than parent– offspring comparisons because siblings share very similar environments. Black and White children matched for IQ had siblings who had regressed approximately halfway to their respective population means rather than to the mean of the combined population. For example, when Black children and White children were matched with IQs of 120, the siblings of Black children averaged close to 100, whereas the siblings of White children averaged close to 110. A reverse effect was found with children matched at the lower end of the IQ scale. When Black children and White children are matched for IQs of 70, the siblings of the Black children averaged about 78, whereas the siblings of the White children averaged about 85. The regression line showed no significant departure from linearity throughout the range of IQ from 50 to 150, as predicted by genetic theory but not by culture-only theory.

Ce schéma est d’ailleurs constant à travers les générations, les statuts socio-économiques, et les niveaux de QI. Comme Murray (1999, p. 14) l’a démontré, “matching for parental income and education had virtually no effect on the regression lines in either generation” dans les échantillons du NLSY :

The above analysis was replicated with samples matched for parental education and income in addition to the reference siblings’ cognitive test score. Figure 3 on the following page shows the trendlines from these matched samples. The regression lines from the groups matched only for IQ are shown as broken lines.

Regarding the regression lines: As the figure makes apparent, matching for parental income and education had virtually no effect on the regression lines in either generation.

Regarding the grouped means: The only anomalies are in the 1st generation and both come from the white sample, with white comparison siblings far underperforming their predicted AFQT in the under-75 group and exceeding their predicted AFQT the 75–84 group (p<.01 in both cases). The under-75 group constitutes only 13 pairs in each race, so not much should be made of the anomaly. It is worth noting, however, that only two out of the 13 white siblings grew up in a household where either parent had gone beyond the ninth grade (the exceptions had reached 12th grade). Such a low level of parental education is highly exceptional among the white 1st generation and suggests not only a poor environment for nurturing cognitive development but exceptionally low parental IQ. The anomaly in the 75–85 group has no obvious explanation.

The Secular Increase in IQ and Longitudinal Changes in the Magnitude of the Black-White Difference - Evidence from the NLSY (Figure 3)

These two anomalies aside, the noteworthy feature of Figure 3 is how little is noteworthy. The patterns of the regression lines are remarkably similar to the patterns in the sample matched only for IQ and, for that matter, similar to the unmatched samples of siblings. Table 2 summarizes the results that have been presented, adding data on the unmatched full samples of siblings.

The Secular Increase in IQ and Longitudinal Changes in the Magnitude of the Black-White Difference - Evidence from the NLSY (Table 2)

Comme indiqué clairement dans la Table 2, la différence de régression est plus large lorsque les fratries sont appariées par QI, revenu familial et éducation de la mère, que lorsque les fratries ont été seulement appariées par QI. Loin de réduire les différences de QI entre les noirs et les blancs, comme le supposait la théorie environnementale, le fait de contrôler le statut socio-économique élargit nettement ces différences.

The sibling results presented here add another constraint to the burden on those who take a strict environmentalist position. Proponents of the convergence hypothesis must not only posit an environmental Factor X [Note : for example, discrimination, and stereotype threat] that affects blacks but not whites and that is relatively uniform in its effects across the range of IQ (possibly having a greater effect as IQ goes up). Because the shared environment is the same for both siblings by definition, they must also posit a causal mechanism that is expressed through the nonshared environment. This requirement is accentuated by the results presented in Figure 3, showing that differential regression to the mean is virtually unaffected by matching for parental income and education along with subject IQ. As a final consideration, a Factor X that satisfies the rest of the conditions must also be quite powerful if it is to produce BW differences in regression to the mean commensurate with those observed in the sibling samples.

Combining these constraints — a Factor X that is powerful, pervasive, uniform across the range of IQ, located in the nonshared environment, and consistent with equivalence of within-race heritability and within-race developmental processes — poses difficult problems, beginning with a basic problem of description. A defining feature of the nonshared environment is that it is random across siblings. How does one conceptualize a nonshared environment that is random with respect to siblings and both powerful and systematic with respect to race? […]

The sibling results from the NLSY offer a second kind of challenge to the logic of convergence. Let us assume that the first challenge has been met, and that a Factor X having all the required properties can be defined theoretically. Having stipulated that, it remains to examine the nature of the BW difference over time, for the Flynn-effect logic also says that over time this Factor X will dissipate and the scores of whites and blacks in similar environments will tend to become more similar.

Progress in the dissipation of Factor X when comparing two different generations could be reflected in the regression patterns in one of three ways. The simplest indication would be that the regression lines move closer together, accompanied by reduced differences in IQ groups across the range. This effect is the least interesting, since we would not need the sibling samples to know it — we would already have observed a reduction in the observed black and white population means.

The second possible effect is that the relationship of the black and white regression slopes change. Suppose, for example, that the observed means from the 1st to 2nd generations remained unchanged, but the slope of the black regression line became steeper relative to the white slope. This result would be consistent with a changing environment in which the effects of Factor X had diminished for high-IQ blacks while increasing for low-IQ blacks. Much in the history of the last 30 years, with the black middle class and black underclass growing contemporaneously, makes such a possibility plausible.

The third possibility is that one or more subgroups would move conspicuously off the regression line. In this scenario, the Factor X is unchanged for most blacks, but shifts importantly for some subgroups but not others. In many ways, this is the most plausible of all scenarios, with the increase in opportunities for high-IQ blacks once again being the area in which positive change might be expected to occur without necessarily being accompanied by dissipation of Factor X for low-IQ blacks.

None of the three possible changes in the pattern of sibling scores occurred in the 1st and 2nd generations of the NLSY. The regression lines did not get closer. The relative slopes of the black and white regression lines did not change. None of the black subgroups moved off the regression line.

Le même résultat a été répliqué par Chuck (Dec. 8, 2012, “More thoughts on differential regression to the mean studies”) en utilisant les données du NLSY. Le modèle de régression ne correspond pas avec le modèle selon lequel le QI des noirs serait variablement déprimé. Les lignes de régression ne convergent pas aux niveaux élevés du QI.

Avant d’analyser les implications de ces recherches, il est utile de noter que la régression vers la moyenne n’implique pas que la moyenne génotypique d’une population dans une génération donnée régresserait nécessairement vers la moyenne génotypique de la génération précédente, “changes in the genotypic mean of a given trait from one generation to the next can come about only through positive (or negative) selection for that trait” (Jensen, 1998, p. 484). Le phénomène de régression vers la moyenne n’implique pas non plus que la variance totale dans la population diminuera de génération en génération. Jensen (1998, p. 469) tient donc à préciser :

Regression toward the mean works in both directions. That is, offspring with phenotypes extremely above (or below) the mean have parents whose phenotypes are less extreme, but are, on average, above (or below) the population mean.

Maintenant, la régression vers la moyenne est peut-être le cas le plus dévastateur contre l’hypothèse environnementale. Elle nullifie complètement les facteurs environnementaux et culturels mentionnés par les environnementalistes.

D’abord, deux types d’environnement sont à identifier : l’environnement partagé et non-partagé. Le premier se réfère traditionnellement à l’éducation parentale, ou plus largement, l’environnement familial. Le second se réfère aux expériences personnelles, qui sont uniques à chaque individu. Aucun de ces environnements n’est uniforme à travers les classes sociales et les niveaux de QI. Les individus pauvres et à faible QI, comme la théorie environnementale suppose, évoluent dans des environnements chaotiques. On nous présente des familles brisées, instables, ayant de faibles compétences à parfaire l’éducation des enfants. Ces derniers deviennent plus instables ce faisant, et fréquentent des individus peu recommandables. De l’autre côté, les enfants de parents riches et éduqués, ayant les moyens d’envoyer leurs enfants dans les meilleures écoles, ont l’opportunité de fréquenter des individus ayant de grandes aspirations dans la vie. La motivation est grande, de même que les attentes des parents.

Dans la mesure où l’effet différentiel de régression n’est même pas affecté après avoir contrôlé l’éducation parentale et le revenu parental (Murray, 1999, p. 18), l’hypothèse environnementale est exposée à un dilemme. Aux niveaux supérieurs du statut socio-économique (SSE en français, ou SES en anglais), les environnements sont supposés être beaucoup plus stables et cognitivement stimulant. A l’inverse, aux niveaux inférieurs du SES, les environnements sont supposés être très chaotiques. Ainsi, les facteurs tels que la pauvreté et l’éducation doivent être abandonnés comme cause explicative. Comme Jensen a fait remarqué (1998, pp. 555-556), le fait de vivre dans un quartier pauvre où la violence et la sous-culture fixent les normes et servent de noyau autour duquel ces communautés fonctionnent (Murray, 2012, p. 274) peut multiplier les désavantages d’avoir un faible “g” et créer une boucle de rétroaction, surtout parmi les noirs africains. Bien que la culture varie entre les groupes, elle varie aussi au sein des groupes. Toutes ces influences que sont le style parental, la motivation, les attentes, les aspirations, etc., sont bien évidemment plus marquées dans les niveaux supérieurs du statut social. En bref, le style de vie diffère sensiblement à travers les couches sociales, surtout du fait de la ghettoïsation des différentes classes sociales. Cette ghettoïsation tend à créer des niches où les normes à l’intérieur de chacun de ces groupes se renforcent autant qu’elles divergent. Par conséquent, les environnements ne sont pas, et ne peuvent pas être homogènes à travers les différents niveaux du statut social et du QI.

Si l’hypothèse environnementale était donc correcte, la ligne de régression aurait été déformée. En d’autres termes, les frères et soeurs des noirs appariés à fort niveaux de QI régresseraient moins vers la moyenne, comparés aux frères et soeurs des noirs appariés à faible niveaux de QI. Ou plus simplement, la différence des effets de régression s’estomperait à mesure que les niveaux de QI augmentent. Ce n’est pas ce qui est constaté, ni par Jensen, ni par Murray. Voir Chuck (Dec. 8, 2012) en outre.

La régression vers la moyenne peut facilement expliquer pourquoi les noirs nés de parents riches peuvent avoir un QI moins élevé que celui des enfants blancs nés de parents pauvres (Jensen, 1998, Figure 11.2). En même temps, elle annule complètement le modèle Dickens-Flynn (2001) qui ont postulé l’idée que les multiplicateurs environnementaux, à travers une boucle de rétroaction, auraient contribué à l’augmentation du QI des individus à fort QI tout en déprimant le QI des individus ayant initialement un faible QI, indépendamment de la race et de l’ethnicité. Mais ce qui arrive est l’exact opposé (Jensen, 1973, p. 97). Plus le QI d’un individu est au-dessus (en-dessous) de la moyenne de sa propre population, plus le QI de ses frères et soeurs diminuera (augmentera). On peut dire que Dickens et Flynn ont été réfutés depuis près de 30 ans avant même qu’ils aient conçu leur modèle.

Ainsi, il reste une dernière question à élucider. Pourquoi les noirs régressent vers une moyenne inférieure ? Dans la mesure où les différences de QI entre les noirs et les blancs ne transgressent pas l’invariance de mesure, et par conséquent invalident toute explication d’un facteur X (Rowe et al., 1994, 1995), les différences au sein d’un groupe racial et les différences entre les groupes raciaux ont nécessairement les mêmes causes (Lubke et al., 2003).

Si l’on part de l’hypothèse que les différences de régression pour les frères et soeurs de noirs appariés à fort QI sont d’origine environnementales, ce type d’environnement derrière ces différences de régression doit être qualitativement différent des environnements qui seraient derrière les différences de régression constatées parmi les frères et soeurs de noirs appariés à faible QI. Cela pose un grave problème dans la mesure où la parfaite linéarité des lignes de régression implique nécessairement que les noirs doivent être affectés de la même façon, quelque soit leur statut social.

Pour mieux comprendre le noeud du problème, voici une liste des variables explicatives communément invoquées pour expliquer les différences de QI entre les noirs et les blancs : (1) pauvreté, (2) maladie, (3) environnement familial, (4) éducation, (5) style de vie, (6) racisme. Excepté ce dernier, l’impact négatif de ces facteurs de causalité est sans aucun doute beaucoup plus grave parmi les noirs à faible QI, et non les noirs à fort QI. Si l’on veut étudier les causes des différences de régression, la question suivante doit être considérée. Est-ce que les frères et soeurs des noirs appariés à forts niveaux de QI sont plus déprimés par rapport aux frères et soeurs des blancs de même statut socio-économique que ne le sont les frères et soeurs des noirs appariés à faibles niveaux de QI par rapport aux frères et soeurs des blancs de même statut socio-économique ? La réponse est évidemment non. C’est même le contraire.

L’impact des facteurs environnementaux fluctuent avec les niveaux du statut social, et donc à l’intérieur même des groupes. Mais la parfaite linéarité des lignes de régression implique que les noirs sont uniformément affectés. Si l’on assume l’interprétation environnementale, cela n’aurait jamais dû se produire. Cette hypothèse assure que les différences de régression s’estompent à mesure que le QI augmente. Mais ce n’est pas le cas. Comment, par conséquent, les environnementalistes expliquent-ils l’augmentation constante des différences de QI entre les noirs et les blancs lorsque le niveau du statut socio-économique augmente (Herrnstein & Murray, 1994, pp. 287-288; Jensen, 1998, pp. 358, 469; Gottfredson, 2003, Table 2) ?

The g Factor (Arthur Jensen) Figure 11.2

Ce phénomène est pourtant bien compris en termes de régression vers la moyenne : “These two related phenomena, black-white divergence and rate of increase in mean IQ as a function of SES, are predictable and explainable in terms of regression, and would occur even if there were no difference in IQ between the mean IQs of the black and the white parents within each level of SES” (Jensen, 1998, pp. 469-470).

Etant donné que la plausibilité du facteur X a été prouvée être incohérente, les théories ad hoc telles que la menace du stéréotype, l’héritage de l’esclavage des noirs, ou pour être bref, toutes les théories impliquant une facteur culturel ou environnemental affectant exclusivement un groupe racial (ex, les noirs) de façon homogène sans affecter les autres doivent être exclues. C’est ce qu’implique le rejet empirique de l’hypothèse du facteur X. Comme expliqué précédemment, les cultures à l’intérieur des groupes ne peuvent pas être homogènes. Et si elles devaient varier, les cultures seraient de nature dépressive dans les niveaux inférieurs du statut socio-économique.

Mais, de toute évidence, l’hypothèse sous-jacente derrière la théorie culturelle est fallacieuse. Généralement utilisée comme un argument ad hoc, cette théorie n’a aucune substance en elle-même. Les goûts et les couleurs ne font pas varier le QI vers le haut ou vers le bas. Ce n’est pas la culture en soi qui déprime ou stimule le QI, mais plus exactement les éléments qui sont liés à elle. On peut citer par exemple la motivation et le labeur qui sont associés à un meilleur rendement scolaire. Mais ce n’est évidemment pas la motivation et le labeur qui seraient les causes originelles des variations de QI entre les groupes et à l’intérieur des groupes. C’est plutôt le niveau scolaire qui en est la cause réelle. La culture n’en est que le facteur médiateur. Autrement dit, contrôler le niveau d’éducation permet aussi de contrôler les influences culturelles.

Mais supposons, pour le besoin de l’argumentation, que tous les points soulevés sont erronés, et considérons néanmoins l’hypothèse irréaliste que les différences de régression sont entièrement dues à des facteurs environnementaux uniformes qui par conséquent ne varient pas au sein des groupes (la théorie du facteur X étant empiriquement réfutée, l’hypothèse des influences environnementales uniformes spécifiques à un groupe unique doit être rejetée). Etant donné la linéarité des lignes de régression, les facteurs environnementaux uniformes sont les seules envisageables, si nous mettons de côté juste pour un moment l’impossibilité des facteurs environnementaux uniformes comme cela a été expliqué précédemment. Mais là encore, la conclusion que nous devrions en tirer n’est pas des plus réjouissantes. Car la linéarité des lignes de régression indique que le niveau de revenu, le niveau d’éducation et le niveau de QI, n’ont pas d’effet modérateur sur l’effet différentiel de régression. Dans la mesure où les lignes de régression ne montrent pas la moindre convergence, il importe peu de savoir si cette différence de régression est d’origine environnementale ou génétique. Si on considère l’environnement comme une cause première de ces différences, alors les lignes de régression auraient dû converger. Si on considère l’environnement comme un facteur agissant uniformément au sein des groupes, alors son impact ne peut nullement être atténué. Dans les deux cas, la théorie environnementale est réfutée en bloc.

Des interprétations maladroites de la régression vers la moyenne font remarquer que la régression vers la moyenne n’est rien de plus qu’un artéfact statistique. Il s’agit simplement d’un sophisme de l’homme de paille. Au contraire, la seule question importante, ici, est de savoir si la parfaite linéarité de la ligne de régression est cohérente avec l’hypothèse génétique. Ce que la régression vers la moyenne nous apprend, c’est que les théories environnementales ne peuvent pas expliquer pourquoi les QIs régressent aux extrémités supérieures et augmentent aux extrémités inférieures. Si les faibles QIs des noirs ont été à l’origine déprimés par des facteurs non-génétiques, l’effet de régression serait moins prononcé pour les noirs à fort QI que pour les noirs à faible QI. Les lignes de régression ne convergent pas. Ce schéma, au contraire, est totalement cohérent avec ce que la théorie génétique aurait prédit. Par conséquent, la plausibilité de l’origine environnementale du Black-White IQ gap est sérieusement écornée, si ce n’est pas complètement discréditée.

6 comments on “Race & QI : régression vers la moyenne

  1. yoananda says:

    Chose promise, chose duze : http://yoananda.wordpress.com/2012/12/30/logique-systemique-et-crise/

    pour expliquer la démarche “logique” que j’utilise pour appréhender la crise, et pourquoi j’en arrive a des conclusions sur le rôle du pétrole, etc…

  2. yoananda says:

    Quelque chose m’échappe.
    Je pensais que l’environnement via la sélection naturelle agissait justement sur l’ADN.
    Si g est génétique et non environnemental, ca semble contradictoire avec la théorie de l’évolution.

    Je n’ai pas lu tout l’article en détail. Par “facteur environnementaux” il s’agit de quoi ? de facteurs culturels plutôt ? et non pas d’environnement au sens biologique ?

  3. 猛虎 says:

    La théorie évolutionniste postule essentiellement que les individus aux meilleurs gènes survivront. Mais ces gènes seront sélectionnés différemment en fonction du climat. Pour les africains, apparemment, les traits qui ont été sélectionnés ne sont pas les mêmes que ce qu’il en a été pour les européens et autres.
    http://menghusblog.files.wordpress.com/2012/08/parasite-prevalence-and-the-worldwide-distribution-of-cognitive-ability.pdf

    “Peoples living in areas of consistently high prevalence of infectious disease over evolutionary time thus may possess adaptations that favour high obligatory investment in immune function at the expense of other metabolically expensive traits such as intelligence.”

    Néanmoins cette explication n’est qu’à moitié convenable car de bonnes parties de l’Afrique ne sont nullement ravagées par les infections. Mais il n’y a aucun doute sur le fait que les caractéristiques héréditaires comme l’intelligence n’ont pas été aussi positivement sélectionnées en Afrique qu’il en a été ailleurs.

    Par facteurs environnementaux, je crois que la plupart des gens l’utilisent pour désigner la pauvreté, le statut social, la santé, les styles parentaux et les influences sociales comme les camarades, le quartier dans lequel on habite et les amis qu’on s’y fait etc. Ça englobe dans une moindre mesure le facteur culturel, mais en fait, quand on mentionne le facteur culturel, c’est généralement pour désigner un cas de “facteur X”, à savoir, un facteur dépressif qui est unique à une ethnie/race. Ici, les noirs. La culture des noirs, comme beaucoup prétendent, serait ce fameux “facteur X”. Vu que les cultures diffèrent grandement aussi au sein même des groupes, contrôler le statut social à travers les différents groupes ethniques atténuera grandement les disparités entre les cultures. Mais cette question, évidemment, n’a de sens qu’à la seule condition où la culture influence grandement le QI, ce qui n’est pas exactement vrai.

    • yoananda says:

      Le QI influence sûrement la culture aussi !
      Ok merci pour l’éclaircissement sur les facteurs environnementaux, je comprends beaucoup mieux.

  4. yoananda says:

    http://blogs.rue89.com/americanmiroir/2013/01/04/trop-bons-les-asiatiques-sont-les-pestiferes-de-luniversite-americaine
    cet article devrait vous intéresser, puisque relié en plein à vos recherches sur QI /Races.
    Je suis curieux de savoir comment vous le prenez, en tant qu’asiatique justement.

  5. 猛虎 says:

    Je frissonne quand je lis “Le résultat dépendra de la race des élèves”. Cette phrase sous-entend (Ou peut-être que c’est moi…) que les différences de résultat sont liées de près ou de loin au racisme institutionnel, ou je ne sais quel autre excuse typique. Concrètement, c’est vrai, mais parce que le QI diffère entre les groupes raciaux/ethniques. Aussi, le niveau scolaire ne dépend pas uniquement du QI, mais en plus de la motivation et du travail, cette motivation qui apparemment semble plus faible chez les africains, ces deux facteurs tendent à expliquer pourquoi les noirs sont constamment en retard derrière les blancs, et asiatiques. Pour ces derniers, d’ailleurs, l’excuse la plus courante serait que la culture asiatique est plus favorable au développement intellectuel. Je “savais” déjà que c’était faux avant même d’avoir lu cette étude :
    http://menghusblog.files.wordpress.com/2013/01/asian-american-educational-achievements-a-phenomenon-in-search-of-an-explanation.pdf

    C’est même plutôt l’inverse. C’est assez logique après tout. Sans à dire que le style parental asiatique et africain se ressemblent, ils ont tout de même un point commun : les parents sont durs. Chez les blancs, les enfants sont plus libres de s’exprimer comme ils veulent. Certains psychologues, comme Nisbett, affirment que c’est cette caractéristique qui explique pourquoi les noirs “lag” derrière les blancs, mais ils négligent de mentionner que le style parental des asiatiques n’est pas plus efficace, bien au contraire. Autrement dit, les asiatiques sur-performent les blancs en dépit de leur environnement familial plus délétère que celui des blancs.

    Sur le fait que l’école est devenue une institution politisée, c’est clair. Quant au fait que les asiatiques soient victimes de cette politisation qui tend à inflater le nombre d’étudiants noirs, je le savais quand j’ai lu The Bell Curve. Les auteurs en ont touché un mot, chapitre 19.
    https://analyseeconomique.files.wordpress.com/2012/05/the-bell-curve.pdf
    http://menghusblog.files.wordpress.com/2012/11/herrnstein-richard-j-murray-charles-the-bell-curve.pdf

    Je suppose que c’est à ce sujet que vous souhaitez mon avis, n’est-ce pas ? Cela va vous surprendre, mais je dis : tant mieux. La discrimination contre les asiatiques est une bonne chose. Histoire de leur faire passer l’envie de quitter leur pays (la Chine) et trahir leur patrie en se métissant avec les blancs. Si cela encourage les asiatiques à rentrer chez eux, alors j’en suis ravi. Et tant mieux aussi que les parents blancs craignent et se méfient des asiatiques. Tout ce qui freine le métissage blanc-asiatique est une bonne affaire.

    Tous ces problèmes ethniques me font bien rire franchement. Dans les pays ethniquement homogènes, aucun de ces problèmes n’est apparent, aucune question sur la densité des minorités dans les écoles supérieures ne se pose jamais. Le racisme et la discrimination n’existent pas. Cela existe parce qu’on force les individus génétiquement différents à vivre ensemble et à se métisser.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s