Un travail est juste un moyen de gagner de l’argent pour les individus moins intelligents (GSS)

Le General Social Survey fournit des données sur une vaste étendue de sujets. Nous recueillons ici l’attitude des individus à l’égard du travail. Comment mesurer l’intelligence des individus sondés ? Le GSS ne fournit évidemment pas de test de QI, mais un Wordsum test (score allant de 0 à 10). Bien que le Wordsum corrèle à 0.71 avec le test QI, il n’est malheureusement ni plus ni moins qu’une tranche d’un test QI : le Wordsum est “juste” un test de vocabulaire. Si le Wordsum n’est pas un excellent substitut pour le QI, il n’est pas médiocre non plus. L’échantillon porte sur les blancs (range : 1972-2010).

Voici les données.

1322. Thinking of work in general, please circle one number for each statement below to show how much you agree or disagree with each. a. A job is just a way of earning money – no more

Comme indiqué dans la série de tableaux ci-dessus, les individus moins intelligents considèrent le travail comme un simple moyen de gagner de l’argent, même lorsque le niveau d’éducation est maintenu constant.

6 comments on “Un travail est juste un moyen de gagner de l’argent pour les individus moins intelligents (GSS)

  1. yoananda says:

    Il semblerait que l’allaitement maternel produise un meilleur QI aussi.

    J’ai continué mes recherches sur l’agumentation du QI.
    Je suis tombé la dessus : http://www.ted.com/talks/simon_lewis_don_t_take_consciousness_for_granted.html

    le gars proposes l’entrainement cognitif pour augmenter substantiellement le QI.
    J’ai essayé de trouver quelques confirmations, mais rien de scientifique pour l’instant.
    http://www.cambridgebrainsciences.com/
    http://www.braingamereview.com/

    Si vous avez des études sur le sujet ou des publications, je serais très intéressé.
    Je penses toujours que c’est une piste intéressante à suivre.

  2. Déduire la direction de la causalité dans ce genre d’étude nécessite plusieurs éléments, souvent jamais pris en compte : s’assurer que les gains sont permanents, et s’assurer d’avoir contrôlé le QI des parents.

    Dans la même veine que ce que vous décrivez, j’avais lu un jour un article relatant que la gymnastique pouvait augmenter vos capacités cognitives, mais encore une fois, aucune mention n’est faite sur la durabilité du gain, et encore moins sur le contrôle de la variable QI. Car si j’en juge d’après le GSS, les individus ayant un fort Wordsum score pratiquent plus souvent le sport.

    Les individus à faible Wordsum score, d’après le GSS, regarderaient plus souvent la TV, ou croient davantage ce que disent la TV (et, fait intéressant, font davantage confiance aux banques que les gens à fort wordsum score).

    C’est vous dire que je connais assez bien ces études en général, et mon impression est qu’elles ne sont pas sérieuses. Par exemple, on a souvent dit que le tabagisme fait baisser le QI car un lien a été trouvé. Mais la direction de causalité n’a jamais été prouvée dans les études, mais suggérée simplement par les chercheurs. Une étude dont j’ai fait une revue sur ce blog justement (Batty, me semble-t-il) qui montrait que le tabagisme maternel est lié à un retard de QI chez l’enfant (2.87 points) mais l’auteur a eu l’intelligence, contrairement à d’autres, de mesurer le QI de la mère. Devinez quoi ? Le lien entre perte de QI et tabagisme maternel a complètement disparu une fois le QI de la mère contrôlé. Autrement dit, l’enfant avait 3 pts de QI en moins à cause du QI de la mère.

    Il y a d’autre raisons, en outre, de croire que la direction de causalité part d’abord du QI, régulant les comportements quotidiens. Herrnstein et Murray (The Bell Curve) montrent que sur un large échantillon du NLSY d’enfants blancs, le QI de la mère est 3 fois plus prédictif du QI de son enfant que le statut social de la mère. Page 231 :

    “A white child’s IQ in the NLSY sample went up by 6.3 IQ points for each increase of one standard deviation in the mother’s IQ, compared to 1.7 points for each increase of one standard deviation in the mother’s socioeconomic background.”

    L’intérêt de contrôler le statut social vient du fait que les sociologues affirment bien souvent (sans preuve évidemment) que le niveau d’éducation, niveau de revenu sont de forts déterminants dans le développement cognitif des enfants, d’autant que le niveau d’éducation est souvent considéré comme étant une garantie d’une bonne éducation parentale. Donc contrôler le statut social revient à contrôler également l’éducation parentale. Mais celle-ci est 3 fois moins prédictive du QI que le QI même des parents.

    Je vous recommande à nouveau de lire la revue du livre de Judith Harris qui me semble excellent. (je devrais penser à me l’acheter, d’autant plus qu’il est dispo en français)
    http://gusifang.blogspot.fr/2006/01/livre-pourquoi-nos-enfants-deviennent.html
    http://gusifang.blogspot.fr/2006/01/livre-pourquoi-nos-enfants-2.html
    http://gusifang.blogspot.fr/2006/01/livre-pourquoi-nos-enfants-3.html

    • yoananda says:

      OK, vous répondez a la remarque que l’alaitement. Donc on pourrait tout aussi bien en déduire que les gens au QI plus élevé allaitent plus leurs enfants. Je suis d’accord.

      Avez vous regardé la vidéo que j’ai proposé ? la il s’agit de QI d’individus qui progressent après “entrainement cognitif”, et semble-t-il d’après les quelques recherches que j’ai faites (mais elles ne sont pas sérieuses, c’est pour ça que je vous demande votre avis) que cela existe bel et bien et que les effets soient (relativement) durables.

      A contrario, pensez vous que le QI est uniquement une affaire de génétique et que rien d’autre ne peut l’influencer ? (a titre individuel j’entends, puisqu’à titre collectif il y a forcément des facteurs).

  3. Honnêtement, je suis un peu fatigué, ce sans doute pourquoi je me suis assoupi au milieu de la vidéo. Je regarderai plus tard, mais rapidement, je vous dirais que j’ai des raisons d’être dubitatif. On sait que les gens à fort QI lisent plus, ont plus de connaissances, et pratiquent plus souvent des activités intellectuellement stimulantes. Si ces activités augmentent réellement le niveau de QI, alors la similitude de QI parent-enfant devrait être affaiblie pour les individus à fort statut social, or ce n’est pas le cas. L’hérédité est la même quelque soit le statut social, lorsque l’on analyse les données sur les adoptions.
    L’environnement non-partagé (à savoir l’expérience personnelle) peut rendre compte de 15-20% des variances moyennes de QI, mais parfois peut-être beaucoup plus. C’est pourquoi je ne sais pas réellement si son expérience est généralisable, ce qu’il faut prouver et démontrer, mais s’il s’agit réellement de gains permanents en “g” alors la conclusion est qu’une telle stimulation est possible. Néanmoins, comme l’a démontré Gottfredson, lorsque les informations et/ou services offerts au public sont rendus plus accessibles, ce sont les individus à fort QI qui en profitent le plus, parce qu’ils savent mieux se servir de cette information. Plus la tâche à effectuer est intellectuellement exigeante, plus les forts QIs en profiteront, par rapport aux faibles QIs. Donc même si c’était vrai, et si le public était mis au courant de ce traitement, alors la conséquence est l’explosion des inégalités. Les forts QI sachant mieux comment stimuler la cognition en profiteront bien davantage.

    Le QI n’est évidemment pas 100% génétique, je l’ai déjà dit nombre de fois. Mais le facteur génétique prédomine largement sur l’aspect environnemental.

    Sur l’entrainement cognitif, je connais aussi Jaeggi. Mais la limite de cette étude est qu’il n’a jamais été prouvé que cet entraînement ait des effets permanents, même si à court terme un gain a été détecté.

  4. Franz says:

    Le wordsum n’est-il pas plus correllé avec le niveau d’études qu’avec le QI ? Et dans ce cas avec le type d’emploi effectivement occupé ou susceptible d’être occupé ? Il ne serait alors pas très surprenant que les gens occupant des emplois qualifiés et intéressants trouvent un “épanouissement” dans le travail, alors que ceux qui ont un emploi moins “épanouissant” n’y voient qu’une façon de gagner de l’argent.

    Je pense qu’une fois corrigé du statut et de la rémunération, et en prenant en compte un vrai QI, fortement chargé en g, on aurait un résultat inverse de celui annoncé : le travail comme moyen d’épanouissement est une forme de mythe qui ne marche bien qu’avec les individus les moins intelligents… A type d’emploi et niveau de fortune identique, bien sûr.

  5. Bonne remarque. J’ai effacé le précédent tableau, et j’en ai créé un autre, à niveau de diplôme constant. La relation tient toujours. J’ai essayé de contrôler le niveau de revenu à dollars constant. Je n’ai pas inséré ces tableaux là car il y en avait beaucoup et chacun avec de trop faibles échantillons (de 20 à 100), bien que dans chaque tableau, la relation tient toujours. Toutefois, si on les assemble, ça donne quelque chose de potable.

    A ce propos, le wordsum est plus faiblement corrélé avec le niveau d’éducation (0.5) qu’avec le QI (0.7). Bien sûr, le wordsum reste seulement un proxy et ne remplacera jamais le QI, mais le test de vocabulaire est assez bien corrélé avec g. Un exemple néanmoins des limites du wordsum est le fait que les différences moyennes entre les noirs et blancs sont suspectées être plus faibles sur le wordsum car celui-ci est un test de vocabulaire, alors qu’il est bien connu que les noirs font bien mieux sur les tests verbaux que sur les tests numériques. Heureusement, l’échantillon a ici été limité pour les blancs.
    Avec un vrai test de QI, on peut s’attendre à ce que la relation soit un peu plus forte ou un peu moins forte, mais je n’ai aucune raison de croire que la relation s’inverserait complètement, sinon QI et Wordsum ne serait pas positivement corrélés.

    Au final, je pense que le Wordsum donne simplement une petite indication de ce que la relation pourrait ressembler si l’on avait un vrai test de QI à la place.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s