Crise des Subprimes : perte d’emploi et structure de production

Une façon de regarder le marché du travail américain consiste à le diviser en deux composantes : les emplois générés par les secteurs structurellement “déficients” et “non-déficients”.
Credit Suisse définit les secteurs structurellement déficients pour “inclure les industries liées à l’immobilier, la finance, la fabrication et le secteur public étatique et local”. Ce sont les secteurs qui ont en partie profité de la bulle économique.
Beaucoup de ces emplois dépendaient du crédit, avec une croissance au-delà de ce que l’économie pourrait naturellement supporter; en d’autres termes, l’investissement excède l’épargne, provoquant une hausse de l’endettement. Le graphique ci-dessous montre la création d’emplois et la perte pour les deux composantes.

Les emplois du secteur structurellement déficients créés durant la période de sur-capacité (ce qui correspond à la phase ascendante du cycle) sont tout simplement “laissés pour compte”.

Tandis que CBO estime que la production était à son potentiel durant la bulle, Barclays Capital estime au contraire que la bulle immobilière a poussé l’économie au-delà de son potentiel. Dans la mesure où les “structurally impaired” correspondent aux secteurs ayant connu leur essor avec la bulle économique et ne pouvant plus être rétablis suite à l’éclatement de bulle, CBO est beaucoup plus susceptible d’être dans l’erreur. L’économie était alors réellement en sur-capacité.  (The government’s analysis “extrapolated the bubble”, Sober Look)

Un zoom de ce graphique montre qu’entre 2004 et 2007, la production avait progressé à un rythme supérieur à ce que l’économie était normalement capable de faire, ce qui veut dire que l’économie avait été financée essentiellement à crédit, par le biais de la politique monétaire trop accomodante de la Fed. Avec un taux d’intérêt plus faible que ce qu’il en aurait été sans l’intervention monétaire de la Fed, les préférences temporelles des individus ont été déformées, pour conduire à un accroissement de consommation et production à crédit sans augmentation correspondante d’épargne.

Comme ces secteurs structurellement déficients étaient très “crédit-dépendants”, et avec tous les processus de désendettement en cours, les emplois ne sont pas susceptibles de revenir de si tôt.
Par contre, la croissance des emplois des secteurs non-déficients est presque revenue au niveau d’avant la crise.

Cette croissance des emplois ‘non-impaired’ est évidemment insuffisante pour calmer la crise. Selon Credit Suisse, avec le taux de croissance actuel, nous parviendrons en Septembre 2015 au taux d’emploi de la phase ascendante (ie, la bulle).

Tout ceci est très cohérent avec la théorie autrichienne des cycles économiques (ABCT). Le chômage auquel nous faisons face est de nature structurelle, ce qui signifie que sa cause ne résulte pas en une chute de la demande globale comme stipulée par la théorie keynésienne. En modifiant la préférence temporelle au détriment de l’épargne, le crédit bon marché a déformé la structure de production, des prix et de l’emploi par la création de bulle économique. La crise doit, ce faisant, être corrigée par un réajustement de la structure de production, et non par une politique de relance, qui s’était révélée inefficace au Japon.

Source : “Structurally impaired” sector job losses delay return to peak until 2015

Sober Look vient de publier un nouvel article tout aussi éloquent.

Nous avons vu que le GDP potentiel tel qu’estimé par CBO est une extrapolation, mais nous savons maintenant que l’écart de production entre GDP potentiel et GDP réel depuis la récession est également exagéré.

Comme nous pouvons le voir dans le présent graphique, la moyenne historique dans la mesure de l’utilisation des capacités de fabrication au cours des 30 dernières années est de 79,5. Le secteur manufacturier américain opère désormais à 78,6 – proche de la moyenne historique. Ces niveaux de capacité n’indiquent pas une énorme sous-utilisation.

Source : Flaws in CBO’s output gap measure

One comment on “Crise des Subprimes : perte d’emploi et structure de production

  1. Mise à jour de l’article. Sober Look a publié tout juste hier de nouvelles preuves mettant en évidence l’erreur d’estimation de CBO. L’actuelle “sous-capacité” de l’économie US est largement exagérée.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s