George A. Selgin, The Theory of Free Banking: Money Supply under Competitive Note Issue [1988] (6/11)

Disponible en PDF.
6: Economic Reserve Requirements

The Conservation Theory

Selgin s’attaque ici à la thèse qui voudrait que le système bancaire ne peut accroitre (ou réduire) son volume de crédit qu’à la condition que les gens détiennent un montant plus grand (ou plus petit) de son passif. Elle nie cependant que l’expansion et la contraction de l’offre de monnaie peuvent se produire en réponse à des changements dans la demande globale

The conservation theory looks upon the volume of liabilities in a banking system as if it were like the volume of water in a waterbed. A little pressure on one part of the waterbed reduces the amount of water there but causes an equal increase in its amount somewhere else.

Si une banque peut prêter plus, une autre banque doit prêter moins, si bien qu’au final, les banques ne peuvent étendre leur volume de prêts toutes à la fois. Et cela, aussi longtemps que les réserves bancaires restent inchangées. La solution pour surmonter la déflation serait que la Banque Centrale adopte une politique monétaire assez expansionniste. L’erreur de cet argument c’est d’avoir fondé le raisonnement dans un contexte de taux de réserves obligatoires. Dans un système bancaire totalement libre, il n’y a rien qui ressemble à un taux de réserves obligatoires.
Mais le plus important, c’est que la théorie est incapable d’identifier les forces qui déterminent les besoins de réserves bancaires, comme ce qui a été expliqué au chapitre 5. Cette théorie suppose que ces besoins dépendent uniquement du montant des engagements de la banque (le total de son passif) et non de la demande de ces passifs relativement au revenu, en ce qu’elle affecte son taux de rotation (turnover of liabilities). Imposer un taux de réserves légal empêche les banques d’ajuster le multiplicateur de réserves à la hausse lors d’une croissance de la demande de monnaie, d’autant que la théorie suppose à tort que les banques libres ne pourraient ajuster leur taux de réserves.

Determinants of Reserve Demand

Il existe deux composantes de la demande de réserves bancaires :
– “average net reserve demand” pour les habituelles opérations de compensation, en calculant la différence entre les sorties et les entrées de réserves.
– “precautionary reserve demand” pour les sorties imprévues (et temporaires) de réserves dont le montant dépasserait les entrées de réserves.

Ainsi, quand une banque enregistre une demande nette de réserves, elle est en déficit par rapport à ses concurrentes. Sur le long terme, une telle banque ne peut que disparaître. Une banque durable doit constamment maintenir une demande nette de réserves égale à zéro. De même, lorsqu’une banque prévoit une entrée nette de réserves parce que la demande de passif augmente, elle ajustera sa stratégie en accroissant son volume de prêt. Et inversement si elle prévoit une sortie nette de réserves.

Comme nous l’avons expliqué dans le précédent chapitre, une augmentation du passif des banques ne s’accompagne pas nécessairement d’un accroissement des besoins de réserves. L’explication tient au fait que les individus choisissent de “tenir” de la monnaie interne plus longtemps.

Thus, to take the limiting case, additional liabilities with zero turnover would not add to an expanding bank’s reserve demand, and contraction of zero turnover liabilities by a bank would not add to its excess reserves. On the other hand, a bank’s reserve demand may increase even though it has not expanded its liabilities, because turnover of its liabilities has increased. Finally, a bank’s reserve needs may fall although its liabilities are unchanged because the average period the public holds its liabilities has increased.

De toute évidence, lorsqu’une banque s’attend à acquérir plus de réserves que ce qu’elle en perd (à cause d’une baisse du turnover), elle augmentera son volume de prêt. Inversement, si elle s’attend à perdre plus de réserves que ce qu’elle en gagne (à cause d’une hausse du turnover), elle va contracter son activité.

Does extending this conclusion to the banking system and hence to adjustments in aggregate liabilities involve a fallacy of composition? It does not, because expansion by any one bank in response to reduced clearing debits against it does not, in the case of an increased demand for (reduced turnover of) its liabilities, involve any reduction of the reserves or lending power of rival banks. Indeed, such expansion actually prevents the redistribution of reserves that would occur if the supply of inside money were not adjusted in response to demand. The same holds for credit contractions by individual banks when these contractions serve to maintain an equilibrium of supply and demand for their liabilities.

Uniform Changes in Money Demand

En tenant compte de ce qui a été dit plus haut, une question mérite quand même d’être posée. Que se passerait-il si toutes les banques sont touchées de façon uniforme et simultanée par des fluctuations de la demande globale de monnaie ? Voici la réponse de Selgin :

For example, if there is a general fall in the demand for inside money that uniformly raises the gross clearings of all banks no single bank will suffer a deficiency of average net reserves. Each will have its debit and credit clearings increase in equal amounts, with no change in adverse clearings. Similarly, if all banks witness equal increases in the demand for their issues, none will feel a need to expand in so far as the only motivation to do so is to prevent excess reserves (due to positive clearings) from accumulating.

De cette manière, les banques ne sont pas incitées à contracter ou étendre leur propre volume de prêt dans la mesure où le seul intérêt de le faire serait de rester “alignée” sur les concurrentes. Et comme le changement de la demande de monnaie affecte toutes les banques de la même façon…

Est-ce que les banques doivent forcément tenir des réserves de précaution ? Cela devrait être le cas si les banques constatent une accélération des mouvements de compensation ou un accroissement du volume des paiements individuels.

Specifically, a uniform increase in the total volume of clearing debits due to an increase in the frequency of payments (such as would occur if there were an across-the-board fall in the demand for inside money with income constant) requires that precautionary reserves increase by a factor at least equal to the square root of the factor by which clearings have increased. A fall in the total volume of clearings will likewise lead to a fall in the demand for precautionary reserves.

Les réserves de précaution augmentent si 1) si la fréquence des dépenses augmente (en supposant que la taille des paiements individuels est invariable)  ou 2) si le volume des paiements individuels augmente (en supposant que la fréquence des dépenses est invariable). Il est possible que les deux effets se cumulent, mais il est possible également que 2) augmente et 1) diminue. Et c’est là que ça pose problème.
Considérons une situation où le volume de compensation interbancaire s’élève à 1 000 000 de dollars par semaine, constitué de 100 000 chèques de 10 dollars. Maintenant supposons que les habitudes de consommation ait changé : chaque semaine, les individus écrivent 50 000 chèques de 20 dollars. Bien que le volume de compensation soit toujours de 1 000 000 de dollars, le fait que les chèques soient plus gros entraine une hausse de la demande de réserves de précaution. Ce changement de préférence indique non pas une plus faible, mais une plus grande demande d’encaisse monétaire. Au lieu de choisir une politique d’expansion, les banques vont choisir une politique de contraction monétaire.
Est-ce un défaut potentiel de la banque libre ? À première vue, on pourrait difficilement le nier. Mais en vérité, cela a peu de chances de se produire : en général, lorsque 1) accélère, 2) accélère aussi, et inversement.

That this is a potential defect of free banking cannot be denied. But it is unlikely to be of great practical importance. This becomes apparent if one considers that changes in the average size of payments are usually accompanied by changes in frequency in the same direction, in which case their effect is to reinforce demand-accommodating changes in money supply. The exceptional case, where the frequency and average size of payments move in opposite directions, is only likely to occur in response to a change in the general level of prices which is not itself a consequence of monetary disequilibrium. In this case a real balance effect might lead to a change in frequency of payments opposite the change in average payment size. The scope for this kind of price-level change under free banking is rather limited. Suppose though, for the sake of argument, that such a price-level change did occur, causing a disequilibrating change in the supply of inside money. The disequilibrium would be short lived, because its effect would be to reverse the movement in prices that set it in motion to begin with.

Variability of the Reserve Multiplier

Dans un système bancaire libre, le multiplicateur de réserves (nombre d’unités de monnaie interne supporté par une unité de monnaie-marchandise) varie en fonction de la demande de monnaie, individuellement pour chaque banque; le multiplicateur augmente si la demande de monnaie augmente, et inversement. La conservation theory, en préconisant un taux de réserves légal empêche les ajustements naturels de s’opérer : la limitation stricte de monnaie de base suppose une restriction des banques dans leur capacité à ajuster leur volume de crédits à un acroissement de la demande de monnaie impliquant directement un accroissement de la demande de billets.
Dans ces conditions, l’expansion de crédit dépend de l’approvisionnement de la monnaie de base par les banques privilégiées. De cette façon, les banques ne peuvent pratiquer l’expansion que si l’augmentation de la demande de monnaie (dépôt) n’implique pas une hausse de la demande de billets.

For these and other reasons traditional banking studies devote very little attention to the possibility of demand-induced changes in the supply of inside money. Most ignore this possibility entirely. Their focus is on supply-side driven changes in the quantity of inside money: changes caused by the injection or withdrawal of sums of high-powered money to and from deposit bank reserves. The chain of causation they consider runs from (a) expansion or contraction of the issues of the monopoly bank to (b) multiple expansion or contraction of deposit bank liabilities (via an institutionally fixed reserve multiplier) to (c) increased or decreased nominal income and prices to (d) increased or decreased nominal demand for inside money and, finally, to (e) monetary equilibrium with nominal variables scaled up or down in the same proportion as the quantity of high-powered money.

Cette chaîne de causalité ne s’applique cependant qu’au système bancaire centralisé. Dans un système bancaire libre, la chaîne de causalité ressemblerait plutôt à ça : (a) fluctuation de la demande de monnaie interne, (b) expansion ou contraction, (c) fluctuation du multiplicateur de réserves, (d) équilibre monétaire sans changement de prix ou de revenus nominaux.
Pour y voir plus clair, imaginons une banque disposant de 1000 dollars en stock d’or (ie, réserves). L’offre de monnaie interne s’élève à 50 000 dollars, soit la quantité désirée par les individus. Le multiplicateur de réserves a une valeur de 50. Maintenant, supposons que la demande de monnaie interne diminue de 10 000 dollars. La conséquence évidente est la réduction de la demande de passif d’une valeur de 10 000 dollars. Et le multiplicateur de réserves tombe à 40. Au final, le ratio global des réserves par rapport à la demande de passif passe de 2% à 2.5%.

Credit Expansion “in Concert”

Des arguments défendent l’idée qu’une expansion monétaire concertée prévient chaque banque de toute sortie nette de réserves. Aucune banque ne subirait la moindre contraction de leurs réserves quand bien même l’expansion ne répond pas à une hausse de la demande de monnaie. Mais comme nous l’avons vu précédemment, la seule accélération des mouvements de compensation poussera les banques à accroître leur demande de “réserves de précaution”. Et l’expansion concertée des banques s’auto-corrigera.

Once again the difficulty is resolved by considering the determinants of precautionary reserve demand. Under in-concert expansion no member of a system of banks expanding in unison (and in the face of an unchanged demand for money) will experience any increase in its average net reserve demand; the change in expected value of its clearing credits will be exactly equal to the change in expected value of its clearing debits. But the growth in total clearings will bring about a growth (though perhaps less than proportionate) in the variance of clearing debits and credits, which increases the precautionary reserve needs of every bank. Thus, given the quantity of reserve media, the demand for and turnover of inside money, and the desire of banks to protect themselves against all but a very small risk of default at the clearinghouse at any clearing session, there will be a unique equilibrium supply of inside money at any moment. It follows that spontaneous in-concert expansions will be self-correcting even without any “internal drain” of commodity money from bank reserves.

Banks as Pure Intermediaries

Aujourd’hui, le fonctionnement des banques diffère du modèle de la banque libre, étant donné qu’elles répondent à des injections de la Banque Centrale. Et rien d’autre. Il est de nature instable puisque ce modèle ne s’ajuste aucunement à la demande de monnaie. Au lieu de cela, les banques ajustent l’offre de monnaie en réponse aux actions de la banque privilégiée et non aux changements de la demande de monnaie. Une banque ayant le monopole d’émission ne peut être considérée comme une institution d’intermédiation, car le principe des compensations adverses ne s’appliquent pas.

First, insofar as the public wish to save in part by holding greater balances of currency, deposit banks are, beyond a certain point, powerless to accommodate their wants without assistance from the monopoly bank. They can issue currency from the monopoly bank held in their reserves only by sacrificing liquidity. Second, changes in the public’s relative demand for currency (i.e., shifts from deposit holding to currency holding and vice-versa) are disequilibrating: they alter the supply of high-powered money available in deposit-bank reserves, and so affect lending power and the total supply of deposit money even though the overall demand for inside money (though not its division between notes and deposits) is unchanged.

Les banques dépendantes d’un système monopolisé d’émission monétaire ne sont plus des institutions d’intermédiation. La raison tient au fait que l’épargne n’est pas volontaire : l’offre de monnaie dépend des initiatives de la banque émettrice et non dans la demande de détention de monnaie interne. Les banques prêtent donc plus que ce que les gens désirent s’abstenir, soit l’épargne forcée. Une banque d’intermédiation ne prête que l’épargne volontaire.
C’est ainsi que Gurley et Shaw commettent l’erreur grossière de croire que ce sont les banques qui déterminent in fine l’offre de monnaie, prétendant que les banques participent activement à la création de crédit. Nous avons vu que ce n’était pas le cas; seul le détenteur de dépôt est le prêteur ultime. La banque ne peut que répondre aux signaux de demande. Ainsi, la banque “libre” transfère du crédit, mais ne le crée pas.

Since such expansion is a response to the exogenous actions of the monopoly bank and not to any change in the money-holding behavior of the public, it involves “created” credit and is disequilibrating. Similarly, if the monopoly bank of issue contracts its issue in excess of any fall in the public’s demand for currency, a multiplicative, disequilibrating reduction in the supply of deposit money will result.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s