Politiques de relance et politiques d’austérité : France vs Suède vs Angleterre

Un récent débat opposant Robert Murphy à “Lord Keynes” a porté sur l’interprétation de la réussite de la Suède pour modérer la crise. Dans cet article, Murphy a exposé toute une série de chiffres pour montrer que la politique des Etats-Unis a été 1) plus expansionniste que la Suède en 2007-2009 et 2) moins liquidationniste que la Suède en 2009-2011 qui, pourtant, traverse mieux la crise que les Etats-Unis. C’est, dit-il, le contraire de ce que la théorie keynésienne prévoyait. Lord Keynes a immédiatement répliqué à Murphy :

… different countries had different economic conditions, and different crises; consequently, there is no reason why different levels of stimulus will have worked in some nations and not in others. Or why a stimulus of a certain level in Sweden was appropriate there, but not in America.

Mais Robert Murphy ne l’ignore certainement pas. D’ailleurs, il avait lui-même reconnu que ces données ne prouvent absolument rien :

Since Sweden handled the crisis much better than the US did, I would say the case of Sweden is prima facie evidence for the Austrian / austerian camp. As always in these matters, these particular data don’t prove anything; maybe there are confounding factors.

Dans un post suivant, Lord Keynes continue d’assumer que la politique budgétaire suédoise expansionniste est à l’origine d’une meilleure reprise économique; la baisse des dépenses amorcée en 2009 est due à l’augmentation des revenus du gouvernement suite au plan de relance amorcée plus tôt. Mais il néglige totalement l’article de Véronique de Rugy auquel son post était pourtant adressé.

Voici le graphique que Lord Keynes a totalement négligé :

Avec l’interprétation de Véronique de Rugy :

The three-country comparison highlights that, while each recorded negative economic growth after the recession, Sweden not only took the largest hit but also experienced the largest rebound by 11 percent (from –5 percent in 2009 to 6.1 percent in 2010).

So what accounts for the difference in outcomes?

First and foremost, France has yet to cut spending. In fact, to the extent that the French are frustrated by so-called budget cuts, their only real complaint is that future increases in spending will not be as large as planned. (The same can be said about the U.S. budget.)

By contrast, Sweden has significantly cut government spending without equivalent increases in taxes. Sweden’s finance minister, Anders Borg, successfully reduced welfare spending and pursued economic stimulus through a permanent reduction in the country’s taxes, including a 20-point reduction in the top marginal income tax rate. As a result, Sweden’s economic growth has, of late, trumped every other European country’s.

Nous pouvons aussi inclure l’Angleterre dans notre comparaison. Le cas de l’Angleterre est intéressant dans la mesure où le pays s’est enfoncé dans une terrible récession (selon l’OCDE, la croissance du PIB réel pour chaque année entre 2006 et 2011 était de 2.6%, 3.5%, -1.1%, -4.4%, 2.1%, 0.7%), alors que l’on accuse faussement son gouvernement d’avoir effectué des coupes significatives dans les dépenses publiques.

Si l’on compare les données concernant les dépenses publiques entre la France, l’Angleterre et la Suède, on remarquera qu’il n’y a pas eu de coupes dans les dépenses publiques en France et en Angleterre, après 2009, contrairement à la Suède. Mais, comme la Suède, la France et l’Angleterre ont connu de significatives hausses dans leurs dépenses publiques entre 2007 et 2009 (source : OCDE). Contrairement à la Suède, l’Angleterre et la France ont connu de plus forte hausses dans leurs déficits publics entre 2007 et 2009 (source : OCDE).

General government total outlays (% of nominal GDP)
Years | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 |
United Kingdom | 43,1 | 44,0 | 44,2 | 43,9 | 47,9 | 51,1 | 50,6 | 49,8 |
France | 53,3 | 53,6 | 52,9 | 52,6 | 53,3 | 56,7 | 56,7 | 56,2 |
Sweden | 54,2 | 53,9 | 52,7 | 51,0 | 51,7 | 55,0 | 52,9 | 51,8 |

General government financial balances (% of nominal GDP)
Years | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 |
United Kingdom | -2,7 | -2,8 | -5,0 | -11,0 | -10,4 | -9,4 |
France | -2,4 | -2,7 | -3,3 | -7,6 | -7,1 | -5,7 |
Sweden | 2,2 | 3,6 | 2,2 | -0,9 | -0,1 | 0,1 |

Comme indiqué dans le graphique de Rugy, la Suède gère mieux la crise que la France. Je rejoins néanmoins Robert Murphy en ce que ces données ne nous donnent pas une indication claire de l’efficacité ou non des politiques de relance keynésiennes, en raison des facteurs confondants potentiels, même si une panoplie de preuves réfute l’efficacité des politiques de relance keynésiennes (Beard et al., 2011; Valerie Ramey, 2012; Garett Jones, 2011; Davies et al., 2012).

About these ads

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s